Un impact positif sur la vie des gens

Après plus de 20 ans à créer des produits et services numériques et à communiquer pour des marques réputées, il était temps de changer. Nous avons quitté le management de l’agence Boondoggle et lancé 33reasons : notre nouveau terrain de jeu professionnel, un lieu où nous pourrions expérimenter et co-créer. Notre défi ? Créer un service en ligne qui fasse de l'administration financière un jeu d’enfant.

Erik Meylemans
Erik Meylemans
Co-founder
Vincent Depoortere
Vincent Depoortere
Co-Founder
Pieter Lambrechts
Pieter Lambrechts
Co-Founder

Creuser les besoins

Entant que PDG, directeur technique et directeur stratégique de l’agence de communication Boondoggle, nous avons guidé des marques (principalement du monde bancaire) pour qu'elles jouent un vrai rôle dans la société, avec de meilleurs produits et services. Nous avons mis en place une culture de coopération étroite avec nos clients, à tous les niveaux: stratèges, designers, développeurs...Mais, trop souvent, nous avons réalisé que notre impact se limitait à l'expérience de l'utilisateur, à la convivialité de produits et services.Plutôt que de polir la surface, nous voulions avoir un impact réel sur la proposition de la marque.

Pour nos clients, nous avons réalisé des études dans le secteur de la finance, de la santé, des télécommunications, de l'énergie… Avec la même conclusion : les consommateurs veulent qu’on leur simplifie la vie. Et ils attendent des marques qu'elles aillent dans ce sens. Par exemple, en les aidant à gagner du temps.Mais ces mêmes consommateurs déclarent que 30 % des marques seulement répondent à cette attente.

Sur base de ces études et de notre expérience, nous avons lancé 33reasons. Pour continuer à construire sur nos acquis afin de répondre à l’ambition des entreprises, aux besoins des consommateurs, avec les opportunités technologiques existantes. Notre l'ambition : lancer un service en ligne qui ait un impact positif sur la vie des gens.


OkiOki : le pourquoi du comment

En tant que concepteurs de services et designers, nous avons commencé par mener des recherches quantitatives et qualitatives pour nous glisser dans la peau de notre groupe cible, les entrepreneurs et les comptables.

Très vite, nous avons découvert que leur relation client, basée sur la confiance, pouvait être perturbée par la rupture numérique qui, lentement mais sûrement, intègre le monde de l'administration financière. Les entrepreneurs veulent se débarrasser de leur stress trimestriel, mais manquent de connaissances sur l'aspect financier de leur activité. Les comptables sont sous pression à la fin du trimestre et manquent de temps pour conseiller leurs clients. Bref, entrepreneurs et comptables s’arrachent les cheveux. Les développeurs de logiciels de comptabilité essaient tant bien que mal de s’adapter à l'évolution numérique, mais l’on n’y est pas encore.

C’est pourquoi OkiOki est né. Parce que l'entrepreneur n’est pas devenu entrepreneur pour faire de l'administration. Notre ambition : offrir à chaque entrepreneur un assistant financier.

Parés pour le départ !

Après 4 mois d’études, d’étapes créatives et de tests, le moment était venu de traduire notre concept en un produit tangible. Nous avons développé une version alpha, préparé notre demande de licence de prestataire de services auprès de la Banque nationale de Belgique et lancé notre « roadshow » : nous rendons visite aux comptables pour conclure des partenariats.

Aujourd'hui, un an après avoir quitté notre zone de confort, nous avons lancé notre alpha. Blazej et Csaba nous ont rejoints en tant que développeurs. Nous pouvons compter sur une communauté croissante de bêta-testeurs - entrepreneurs et comptables. Et nous avons obtenu de la Banque nationale de Belgique notre licence AISP.